Étiquettes

, , , ,

Lire l’article du 24.04.2020 de nos collègues de l’association ORA.

Nous sommes orthophonistes et depuis le début de la crise sanitaire, nous avons majoritairement :

  • fermĂ© nos cabinets pour limiter les risques de contamination et de propagation du virus ;
  • cessĂ© les soins Ă  domicile faute d’équipements nĂ©cessaires Ă  la protection de nos patients ;
  • mis spontanĂ©ment Ă  disposition des mĂ©decins et infirmiers en première ligne les moyens de protection dont nous disposions (gants, masques, notamment), dans l’attente de recevoir une dotation en propre, que nous pensions voir venir rapidement.

Jour après jour, nous prenons connaissance des recommandations concernant les soins aux patients touchés ou non par le COVID-19 et les dotations accordées aux professionnels de santé pendant la crise sanitaire.

Mais à l’évidence, les orthophonistes libéraux et leurs patients sont les grands oubliés des mesures prises (1, 2, 3).

Aujourd’hui nous voulons exprimer notre colère et notre sidĂ©ration.

Certains documents élaborés par les autorités sanitaires et groupes experts sont révoltants pour notre profession. Pour illustration, les recommandations pour la Prise en charge des personnes âgées à domicile hors EHPAD dans le cadre de la gestion de l’épidémie du Covid-19 (4) évince les orthophonistes alors même qu’il s’agit de patients et de pathologies relevant précisément, voire exclusivement, de leur champ de compétences (5).

En omettant les professionnels de santĂ© investis au long cours auprès d’eux, ces recommandations seront sans doute lourdes de consĂ©quences pour une population dĂ©jĂ  fragile avant la crise.

Malheureusement, ces constatations ne se limitent pas aux soins des personnes âgées à domicile. Elles concernent aussi la prise en charge de tous les patients pour lesquels les soins orthophoniques sont essentiels, voire vitaux.

(…)

Les orthophonistes sont, pour ces patients et leurs familles, mais aussi pour le service rendu à la société dans son ensemble, des professionnels de santé essentiels et à part entière.

Mais ils restent, à ce jour, désespérément absents de la liste des professionnels pour lesquels il existe des directives.

Les orthophonistes de ville se tiennent aux côtés des hospitaliers, et doivent être enfin reconnus comme des recours indispensables.

Nous attendons des autorités sanitaires qu’elles formulent des recommandations claires pour notre profession et qu’elles prennent en compte les conséquences sur les patients de l’absence prolongée de soins adaptés.

Les patients ont besoin, en urgence, que les orthophonistes soient intégrés aux stratégies élaborées pour les soins de ville, et qu’ils reçoivent enfin des dotations en matériel de protection indispensable à leur exercice.

Nous sommes prĂŞts Ă  prendre notre part, nous demandons les moyens de le faire.

Lire l’intĂ©gralitĂ© de l’article sur le site d’ORA