Étiquettes

, , ,

Voici une émission avec comme invité Christophe Dejours, qui raconte la cure d’une psychologue clinicienne salariée d’une institution pratiquant historiquement la psychothérapie institutionnelle. Après un infarctus survenu dans le cadre de bouleversements profonds d’organisation du service, elle décide de consulter pour interroger les effets psychiques et physiques de ces bouleversements et prendre une décision entre résister, rester ou partir.

« C’est la santé chantait Henri Salvador. On pourrait aussi ajouter c’est du plaisir… Enfin, on aimerait bien, parce que ça ne marche évidemment pas à tous les coups.

Le travail c’est quand même cette ambivalence permanenteentre le plaisir et la souffrance . Parce qu’on peut pas s’en empêcher : on y va corps et âme . C’est comme ça. On n’y peut rien. On y engage notre être, notre subjectivité. Notre identité même !

Le problème aujourd’hui, c’est que notre viatique à tous c’est : « faire PLUS et MIEUX mais avec MOINS » . Moins de temps, moins d’argent et souvent aussi moins d’éthique .

Alors la santé, le plaisir peut-être. Mais de plus en plus aussi : fatigue, stress, sommeil agité .

Et ça c’est dans le meilleur des cas…

Et, dans le meilleur des cas toujours, on s’arrange avec nous-même : « Allez, c’est normal, je suis un peu fragile en ce moment. Ça va passer. »

Notre psychanalyste : Christophe Dejours

Christophe Dejours est un psychiatre et psychanalyste français, fondateur de la psychodynamique du travail . Il est notamment l’auteur de Travail, usure mentale – De la psychopathologie à la psychodynamique du travail (Bayard, 1980), de Suicide et travail : que faire ? (en collaboration avec Florence Bègue, PUF, 2009), et d‘Observations cliniques en psychopathologie du travail (PUF, 2010). »