Étiquettes

, , , , ,

oedipe logo

« La gauche nous désespère, la droite nous afflige que nous reste-t-il? nos concitoyens semblent sans frémir envisager la politique du pire. Pourtant nous devons le dire et l’affirmer: la démocratie n’est pas un état, c’est un idéal, un combat toujours recommencé. On feint de s’étonner de l’état dans lequel elle se trouve aujourd’hui cette pauvre démocratie tout en piétinant sans vergogne ses principes et ce qui la fonde. L’école, faut-il le redire, forme des citoyens conscients qui prennent en main leur destin. Dès le plus jeune âge, dans les crèches et à l’école maternelle on apprend à vivre ensemble. Le but n’est pas d’y fabriquer des singes savants. et pourtant, c’est semble-t-il l’avenir qu’on nous réserve… » Laurent Le Vaguerèse

« Chers amis de Pasde0deconduite,

D’un gouvernement à l’autre, la logique de prévention mécanique « stimulative » et de pression performative sur les tout petits se réplique. Ça dérape entre autres par un mouvement qui promeut l’installation de méthodes réputées prévenir les troubles du langage, l’échec scolaire, les inégalités sociales… dans les crèches (cf. rapport Terra Nova en fichier joint).
Etape 1 – Un rapport Terra Nova du 14 janvier 2014 vante les mérites des méthodes “Parler Bambin” et “Carolinian Abecedarian“, comme outils permettant de transformer les crèches qui seraient aujourd’hui non éducatives, en crèches à “haut niveau éducatif” ou l’on saurait « faire de tout moment de la journée ou de toute activité une occasion de stimulation linguistique », on peut y lire, à propos de la lecture de livres aux tout-petits, « l’adulte ne raconte pas une histoire, il sollicite l’enfant ».
« Parler bambin », méthode dans laquelle il est question de détecter des « petits parleurs » ou des « parleurs tardifs » entre 18 mois et trois ans, à l’aide de tests évaluant des niveaux de langage au début de l’action… Vous pouvez envisager la suite.
Etape 2 – Ce rapport est rendu public en Seine Saint Denis où Pierre Suesser et des collègues psychologues de PMI et crèche portent le débat contradictoire et tentent de faire bouger les lignes.
Etape 3 – Un premier cercle du collectif se mobilise pour rédiger une tribune (P. Suesser, E. Lenoble, S. Giampino, B. Golse, R. Gori, Y. Coinçon, rejoints par Anne Masson). Elle ne sera publiée ni par Le Monde ni par Libération, mais va paraître ces tout prochains jours sur Médiapart. On a dû rétrécir le nombre de signataires, mais on a préservé la pluridisciplinarité qui nous est chère (fichier ci-joint à paraître sur Médiapart, merci d’attendre la parution en début de semaine avant de le diffuser). Tribune parue sur Mediapart le 17 mars : http://blogs.mediapart.fr/edition/les-batailles-de-legalite/article/170314/terra-nova-noubliez-pas-ce-que-parler-veut-dire
Etape 4 – Martine Aubry, qui avait déjà soutenu le rapport Terra Nova dans Libération, annonce mercredi 12 mars (cf. http://pourlille-pourvous.fr/la-rencontre-petite-enfance/ ) que les crèches de Lille expérimenteront le “Carolina Abecedarian“ (cf. http://pourlille-pourvous.fr/zoom-sur-le-programme-la-methode-abecedarian/ ) qui comporte des activités comme : « Compétence : Montrer ses émotions. Pourquoi ? Pour exprimer vos émotions afin que le bébé sache que les siennes sont appropriées. Âge: six mois Jeu : Prenez le bébé en le tenant sous les bras. Soulevez-le doucement au-dessus de votre tête en disant: “En haut!”. Faites-le descendre en disant: “En bas !” et câlinez-le. Quand vous jouez à ce jeu, faites en sorte que votre visage et votre voix lui indiquent que vous êtes heureux et enthousiaste afin de l’encourager à montrer qu’il est heureux aussi. »
On peut également lire dans le rapport Terra Nova p. 25, à propos de “Carolina Abecedarian“, que : « Si on suit une sé­ance de lecture selon la méthode du Carolina Abecedarian, par exemple, on se rend compte d’une multitude de détails qui font la différence. L’adulte pose l’enfant sur sa jambe droite, de manière à pouvoir à la fois voir le livre et le regard de l’enfant : ainsi, ses yeux alternent du livre qu’il montre au regard de l’enfant, qu’il suit précisément pour s’assurer que sa concentration est maintenue. Il le sollicite sans cesse: “Qu’est-ce que c’est que cet animal ? C’est une… ? Quel bruit fait-elle ? Est-ce qu’il y en a une autre sur la page ? Montre-la-moi avec ton doigt. Elle est de quelle couleur ? Elle est rouge, très bien, est-ce que tu vois quelque chose d’autre qui est rouge dans la pièce ?” Phrases anodines mais dont la tournure interrogative contribue à l’activité : l’adulte ne raconte pas une histoire, il sollicite l’enfant. »
!!! Le Monde, sous la plume de Gaëlle Dupont, a sorti un article sur cette initiative le 15 mars (en PJ) où plusieurs de Pasde0deconduite sont interviewés.
Etape 5 – Des initiatives se multiplient : Grenoble, Lille, Rennes, où des élus ont des responsabilités gouvernementales ou au parti socialiste.
Nous sommes plusieurs à penser que la récupération politique, en période électorale, et de restrictions budgétaires, de quelques travaux érigés en expertise et garantie scientifique est à nouveau à l’œuvre, et vient porter sur les tout-petits.

Sylviane Giampino et Pierre Suesser »

Collectifpasde0deconduiteLettre de « Pasdezerodeconduite » à la HAS

« Pasde0deConduite Paris, le 21 juin 2013 20 rue des Martyrs 75009 Paris Courriel : contact@pasde0deconduite.org Monsieur le Professeur Jean-Luc HAROUSSEAU Président du Collège de la Haute Autorité de Santé

Monsieur le Président,

Le collectif « Pas de zéro de conduite pour les enfants de 3 ans » a pris note avec inquiétude du projet de la Haute Autorité de Santé de proposer des recommandations de bonnes pratiques cliniques concernant les enfants et les adolescents présentant « un déficit de l’attention et/ou un problème d’agitation ».

Ce collectif, qui regroupe la plus grande partie de s professionnels de la petite enfance, de même que de nombreux parents, tient à vous rappeler plusieurs points essentiels concernant la prévention psychologique auprès des enfants et adolescents, afin que votre projet final n’utilise pas une méthodologie dont nous avons démontré les erreurs, et qui conduit à des dérives très négatives pour la santé psychique des enfants et adolescents.

Cette méthodologie erronée est celle que l’INSERM avait utilisé en 2005, dans son rapport concernant le dépistage précoce du trouble des conduites chez l’enfant. Notre mouvement s’est créé dans la critique de cette méthodologie et dans la dénonciation de ses graves risques pour les enfants et adolescents. Suite à la démonstration, solidement argumentée, à partir de multiples points d’entrée scientifiques et cliniques que nous avions alors développés, l’Inserm avait d’ailleurs fait amende honorable lors du colloque du 14 novembre 2006 sous la présidence du ministre de la santé. L’Inserm s’étai t alors engagée à modifier ses méthodes d’expertises en santé mentale.
Il est très regrettable que la méthodologie alors utilisée par l’INSERM, dont nous avions pourtant démontré les limites, ait malgré tout été réutilisée pour justifier des recommandations de la HAS sur la prise en charge des enfants et des adolescents présentant des « troubles envahissants du développement », conduisant aux mêmes dérives.

Cette approche consiste à prétendre traiter un problème de santé psychologique (ou santé mentale) comme s’il s’agissait d’un problème de santé somatique et en le simplifiant : là où tout démontre qu’une approche multidisciplinaire est nécessaire, l’erreur est de ne porter qu’un regard essentiellement médicalisé, orienté par la dimension biologique, et réducteur. L’autre erreur est de travailler sans le recours à l’expérience accumulée par les professionnels de terrain, sans tenir compte ni de l’organisation de la prévention et des soins psychiques en France ni de la politique de santé mentale infanto- juvénile, certes toujours perfectible, mise en place depuis plusieurs décennies dans notre pays et pourtant bien mal défendue ces dernières années.

2 Nous en appelons donc au discernement du collège de la HAS sur des recommandations concernant les enfants présentant des difficultés dans le domaine de l’attention et de la psychomotricité. Alors que l’agitation, les difficultés de concentration chez l’enfant peuvent relever de causes multiples, et doivent susciter des réponses variées, la HAS dans son projet actuel, rabat cette multiplicité sur un syndrome beaucoup moins fréquent, le « trouble déficit de l’attention/hyperactivité ».

Or, comme vous le savez, les définitions de ce trouble retenues dans la classification DSM V et l’utilisation de ce diagnostic sont de plus en plus contestées. Aux Etats-Unis et dans d’autres pays, il a entrainé une inflation quasi automatique et inquiétante des prescriptions médicamenteuses de produits type méthylphénidate (un amphétaminique) ou autres. L’alignement de la HAS sur une position qui, même aux Etats-Unis, est loin d’être consensuelle mais qui prédomine dans la littérature internationale dédiée à ce thème pour des raisons probablement davantage liées au marché qu’à l’état des connaissances scientifiques disponibles, serait extrêmement dommageable (voir l’article de F. Gonon, directeur de recherche au CNRS, La psychiatrie biologique : une bulle spéculative ? Revue Esprit, Nov. 2011). Le collectif Pasde0deconduite rappelle donc plusieurs points, sur lesquels porteront sa vigilance et sa réactivité

1) Les procédures diagnostiques recommandées doivent s’effectuer en établissant des liens avec l’enfant et les parents d’une part et les médecins, généralistes et spécialistes, d’autre part. Les difficultés de l’attention et de la psychomotricité chez l’enfant et l’adolescent concernent une population très hétérogène. Chaque situation clinique doit être envisagée de manière spécifique, en tenant compte de l’organisation psychologique d’ensemble du sujet, de son équipement somatique, des difficultés existentielles qu’il peut rencontrer du fait des contraintes personnelles qui pèsent sur lui, mais aussi des facteurs environnementaux, sociaux et familiaux. Une évaluation clinique ouverte à cette diversité des facteurs, respectueuse de la sensibilité particulière de chaque enfant, ne saurait être remplacée par des mesures quantifiantes issues de questionnaires qui ne retiennent que les aspects symptomatiques ou comportementaux les plus évidents. Les systématiser ne saurait se substituer à une médecine et à une psychologie de la personne, a fortiori à une prise en charge raisonnée et globale.

2) Reconnaître les difficultés d’un enfant est essentiel, mais d’une façon telle que ce ne soit pas préjudiciable à la trajectoire de l’enfant concerné.

Cette reconnaissance ouvre à la réflexion sur la nature et la fonction des difficultés. Mais elle ne doit aboutir ni à la stigmatisation des enfants concernés, ni à une psychiatrisation d’un mal être en réponse à un environnement institutionnel inadapté, ni à la croissance exponentielle du nombre d’enfants dits handicapés, notamment par l’inclusion de situations pour lesquelles la reconnaissance d’un supposé handicap risquerait d’être préjudiciable à la trajectoire développementale ou au projet de vie de l’enfant concerné.

3) La prescription de médicaments psychotropes doit être limitée
La réponse à donner à un problème aussi complexe n’ est pas de proposer une extension de la prescription de Méthylphénidate ou d’autres produits. Ce médicament peut, certes, avoir son intérêt pour certains enfants très démunis et envahis, placés dans certaines situations, à certains moments. Mais son administration ne constitue en aucun cas une réponse suffisante : elle doit être encadrée par un soutien psychologique cohérent de l’enfant, comme de sa famille et accompagnée par d’autres mesures thérapeutiques corporelles, artistiques,

3 socialisantes… Aucune disposition tendant à faire abandonner les mesures de précaution actuelles quant à la prescription de ces produits n e peut être approuvée.
L’argument d’une « sous-prescription » de Méthylphénidate en France pour justifier une extension de la prescription médicamenteuse est un artifice. Une telle affirmation pose problème tant au niveau de ce qui la fonde que de ses conséquences. Aucune étude n’a montré à ce jour que le taux de prescription de psychotropes, dans un pays donné, avait montré ses avantages, à long terme, dans l’évolution globale de la santé mentale des enfants et adolescents.

4) Le partenariat des familles et des équipes de soins avec les autres professionnels impliqués dans la vie de l’enfant, notamment ceux de l’éducation nationale, ne doit avoir aucun caractère imposé voire coercitif enfants exprimant une difficulté, accès à des soins de qualité pour tout enfant doit être simple

. Ceci nécessite une politique de santé en direction des enfants et des adolescents qui préserve l’existant, améliore les défaillances et les insuffisances, évite de proposer des mesures compliquant les trajectoires des soins ou de multiplier les centres experts au détriment des dispositifs de proximité et pluridisciplinaires. Nous sommes sensibles au désarroi des familles qui ne trouvent pas de réponse aux problèmes de santé concernant un ou plusieurs de leurs enfants. Il conviendrait de prendre la mesure de l’absence de soutien et de l’abandon dans lequel sont laissées certaines zones géographiques ou des populations particulièrement en difficulté, en ce qui concerne l’information, le soutien des familles, la prévention et l’accès aux soins. Plutôt que les invalider et de les exclure, il serait plus productif de mobiliser et de renforcer le réseau d’information, de prévention et de soins constitué par les secteurs de pédopsychiatrie et les CMPP.6) Nous préconisons une valorisation des services et des initiatives de prévention prévenante. Nous proposons que le travail de la HAS, qui concerne les enfants de 6 ans, intègre une réflexion sur les mesures préventives, dans le sens d’une prévention prévenante et non prédictive, pour des enfants plus jeunes présentant des signes de souffrance ou de mal-être. Nous sommes vigilants face à une dérive qui viserait à l’adaptation à tout prix des enfants sans porter attention aux enjeux concernant la construction de leur subjectivité, qui peut parfois prendre des formes originales et éventuelle ment non-conformes à celles arrêtées plus ou moins arbitrairement par quelque instance officielle.Nous souhaitons que les recommandations de la H.A.S sachent prendre en compte la dimension non linéaire du parcours de chaque enfant et reconnaissent la singularité, la variabilité et la liberté des processus du développement.Enfin, il nous paraît important que ces recommandations ne soient pas une énième dénonciation d’un nouveau « scandale français » concernant les « soit-disant » retards de diagnostic et insuffisances de traitement. La méconnaissance imputée aux professionnels de santé concernant les problèmes d’attention ou les troubles de la psychomotricité, dont la clinique est décrite depuis plus d’un siècle, nous semble plutôt être une méconnaissance du travail accompli par des professionnels d’expérience, reconnu et qui inspire de multiples pays. Les professionnels de santé ont besoin du soutien de leurs autorités de tutelles pour améliorer et poursuivre leurs pratiques au service de la population.4 Les parents ont besoin de professionnels formés, compétents et indépendants, présents et à proximité.

Les enfants qui expriment une souffrance, un problème, un mal être, à travers des tensions, de l’agitation, ont besoin que les adultes qui les entourent cherchent, pour chaque enfant, ensemble et dans la sérénité et la confiance les réponses à lui apporter.

Nous vous remercions, Monsieur le Président, de bien vouloir prendre en considération les remarques du collectif « Pas de zéro de conduite pour les enfants de 3 ans » et de veiller à ce que les recommandations ne favorisent pas des intérêts particuliers, autres que ceux des enfants et de leurs familles, au détriment de l’intérêt général.

Nous vous prions d’accepter, Monsieur le Président, l’expression de notre considération distinguée.

Pr Bernard GOLSE Chef de service de pédopsychiatrie CHU Necker Enfants-Malades
Pr Pierre DELION Chef de service de pédopsychiatrie CHRU de Lille
Pr Roland GORI Psychanalyste Professeur d’Université
Dominique RATIA-ARMENGOL Présidente de l’Association Nationale des Psychologues pour la petite enfance (ANAPSY-pe)
Dr Roger TEBOUL Président de l’Association des psychiatres de secteur infanto- juvénile (API)
Dr Pierre SUESSER Président du Syndicat national des médecins de PMI »

Lire la lettre sur le site de Pasde0deconduite

***