Étiquettes

, , , ,

Le secteur « Découverte Freudienne » Formation Continue de l’Université du Mirail propose : « Ethique du sujet, éthique du lien social » les 24 et 25 mai 2014.

En psychanalyse, la notion de sujet est centrale, avant tout parce qu’elle a été élaborée aussi dans une intention de préserver ce qu’elle désigne de l’objectivation par le concept.
C’est ainsi qu’il peut être possible de parler de responsabilité du sujet, comme de concevoir sa division par le langage, ou encore d’envisager le lien social comme un nouage par les discours.
Cette psychanalyse, articulée depuis des concepts que Freud puis à son tour Lacan ont prélevés dans d’autres disciplines scientifiques, se présente dès lors sous le jour particulier de l’éthique.
D’une part, depuis ces supports qu’elle emprunte à d’autres disciplines, la psychanalyse s’inscrit dans le temps de chaque époque culturelle qui la traverse, et en particulier celle que nous connaissons aujourd’hui dans notre monde dominé par la science et l’économie de marché. D’autre part, au nom de son exigence éthique, la psychanalyse est en devoir de questionner les tenants et les aboutissants de ces discours. Discours qui la traversent et qu’elle traverse aussi bien. En particulier, nous intéresserons ceux liés à ce que la philosophie a nommé “le sujet de la science”, sujet directement issu des Lumières et nous examinerons ce sujet au regard de l’évolution des discours dominants.
Comment la psychanalyse s’approprie-t-elle ce que la philosophie diagnostique ? Comment l’économie parvient-elle à reprendre à son compte une conception du sujet cerné par la jouissance particulière que procure la reconnaissance dans l’Autre ? Par quel(s) biais la psychanalyse peut-elle subvertir ce qui s’apparenterait alors à une servitude volontaire ?

Télécharger la plaquette d’inscription