Étiquettes

, , , , , ,

450PX-~1L’ARI nous convie à un colloque le vendredi 25 janvier 2013 au Centre Hospitalier Valvert à Marseille, intitulé « L’enfant qui n’apprend pas« .

Argument : Les difficultés dans les processus d’apprentissage sont depuis de nombreuses années le motif principal des consultations en CMP et CMPP. Elles constituent un enjeu majeur pour l’enfant, les parents, les enseignants et enfin la société toute entière qui s’alarme des maigres résultats en fin de cycle primaire. De nombreuses théories et conceptions s’efforcent d’en déterminer les causes pour traiter ces troubles désormais rangés sous les appellations suivantes : dyslexie – dyscalculie – dysgnosie – dyspraxie… qui recouvrent selon les professionnels des entités bien différentes.
L’an dernier, en novembre 2011, nous avions tenté d’approcher les mécanismes psychopathologiques qui pouvaient expliquer certains retards scolaires. Nous allons, cette année, confirmer cette option en essayant de mettre en exergue le sens de ces difficultés pour l’enfant, l’incidence qu’elles ont chez les parents en fonction de leur propre histoire et enfin l’écho sur les enseignants qui se trouvent souvent démunis voire disqualifiés par ces échecs.
Ainsi, seront au décours de ce colloque abordées les conceptions psychodynamiques qui permettent de comprendre pourquoi un enfant ayant de bonnes capacités intellectuelles ne s’approprie pas les savoirs et restent ainsi confiné dans une certaine ignorance. Il est en effet essentiel d’en déterminer les ressorts psychopathologiques que sont par exemple l’inhibition, la phobie, la dépression infantile, qui contrarient l’enfant dans ses processus d’investissement du domaine scolaire en particulier et du domaine de la Connaissance en général.
L’expérience tend à montrer qu’un certain nombre d’enfants en difficultés scolaires sont restés pour des raisons diverses, étrangers à leur histoire et aux événements qui ont présidé à leur venue au monde. Dès lors, c’est l’ensemble de la Connaissance et des connaissances qui leur semble interdit, dangereux, barré ou inaccessible.
Nous essaierons aussi de comprendre pourquoi et comment interviennent cette fois des troubles spécifiques en français ou en mathématiques puisque les déterminants ne semblent pas les mêmes.
D’origines professionnelles différentes, les intervenants invités à ce colloque vont nous y aider en référence à leur précieuse expérience. Seront ainsi confirmés dans leur impérieuse nécessité les soins protéiformes à l’enfant : psychothérapie, soutien orthophonique, aide aux devoirs, étayage psychomoteur, avec une mention particulière pour l’accompagnement des parents et l’étayage des enseignants…

Télécharger la plaquette