Étiquettes

, , , ,

Nous vous l’avions annoncé il y a quelques mois, un groupe de travail clinique s’est constitué sur Nice. Nous en publions ici l’argumentaire que notre référente départementale Sandrine Jaubert nous a fait parvenir.

« Nous sommes 15 orthophonistes à nous réunir une fois par mois autour de cette question du bilan qui nous travaille depuis quelques temps… surtout depuis que l’on nous demande des comptes.

Jusque là, chacun pratiquait à sa guise, selon ses orientations cliniques et théoriques, avec son expérience, sa réflexion, ses échanges au gré des rencontres professionnelles et des formations.
Nous nous sentions libres et responsables.

Depuis quelques années, la volonté de chiffrer, de prouver par des évaluations dites scientifiques, vient nous envahir jusque dans notre pratique quotidienne et nous menace, de façon souvent indirecte mais pourtant de plus en plus claire.

Ce groupe a pour but de nous faire réfléchir et écrire sur le propre de ce premier acte : l’acte de bilan, c’est-à-dire à la fois première rencontre, lieu d’émergence de la demande, moment de repérage des symptômes et de la pathologie, base du futur travail thérapeutique.

La théorisation de nos pratiques, à laquelle nous espérons arriver à travers ce groupe de travail, est le seul moyen de poser clairement et de façon indiscutable le fait que les orthophonistes sont les seuls professionnels, quelle que soit leur façon de pratiquer le bilan, aptes à effectuer cet acte et à décider de l’intérêt ou non d’un suivi orthophonique. »