Étiquettes

, , , ,

Le magazine Le Cercle Psy publie dans sa version e-hebdo un article d’Héloïse Junier « Les enfants dys : quel bilan ? ».
Cet article reprend une publication d’Evelyne Lenoble « Apprentissage et référence : quelques réflexions de dix ans d’expérience d’un Centre référent pour trouble d’apprentissage chez l’enfant », parue dans Neuropsychiatrie de l’Enfance et de l’Adolescence, dans laquelle la pédopsychiatre et psychanalyste fait un état des lieux, interroge le sens de ces diagnostics et leurs modalités, et en appelle à une référence plurielle.

« Il y a dix ans ont été créés les premiers Centres Référents spécialisés pour le diagnostic et la prise en charge des troubles des apprentissages chez l’enfant. L’objectif ? Reconnaître et œuvrer en faveur des « enfants dys » : dysphasiques (avec troubles du langage oral), dyspraxiques (troubles de la coordination gestuelle), dyscalculiques (troubles du calcul), dysorthographiques (troubles de l’orthographe)… Un ensemble de diagnostics à la popularité croissante étiquetant un enfant. Celui-ci est maladroit et écrit mal ? On le dit dyspraxique. Il a des difficultés de calcul ? On le dit dyscalculique. La consonance médicale de ces terminologies déculpabilise et rassure les parents et les enseignants. Et pour cause, en se référant à la neurologie et à la neuropsychologie, ces diagnostics viennent simplifier une problématique complexe et écarter ainsi toute cause d’origine psychique. Et, depuis qu’ils sont reconnus comme handicaps en 2005, leur popularité s’est largement accrue. Dorénavant, poser un tel diagnostic permet à la famille de bénéficier d’aides financières pour assurer la prise en charge de l’enfant en difficulté, sachant que seuls les diagnostics posés par les Centres Référents sont reconnus.

Au terme de dix années d’expérience à la direction de l’un de ces centres, Evelyne Lenoble, pédopsychiatre et psychanalyste, chef de service de l’Unité de Psychopathologie de l’Enfant et de l’Adolescent du Centre Hospitalier Sainte-Anne, propose un état des lieux sur la question.

Lire la suite de l’article sur le site du Cercle Psy