Étiquettes

, , , ,

Jean-Marie Sauret a publié l’article ci-dessous dans les tribunes de Médiapart en date du 3 février 2012

«Quand des biologistes, psychologues, psychiatres éclectiques, neuroscientifiques, s’en prennent à l’approche psychanalytique de l’autisme, c’est le sujet qu’ils récusent», affirme Marie-Jean Sauret, psychanalyste (APJL) et universitaire.Dans un projet de réponse du Comité d’éthique de l’Inserm, Jean-Claude Ameisen constatait que nombre de chercheurs n’avaient pas pris la mesure des avancées réalisées par la biologie durant ces vingt dernières années et inscrivaient leurs travaux, «de manière implicite, sous le couvert de la modernité, dans des concepts scientifiques anciens, qui datent de plus d’un siècle». Il précisait l’importance de réaliser «que ces concepts anciens qui concernent l’hérédité n’ont pas seulement une longue histoire scientifique, qui apparaît aujourd’hui anachronique, réductrice et erronée : ils ont aussi une histoire tragique en ce qui concerne leurs implications éthiques» (que l’on songe au darwinisme social, au biologisme nazi, à l’eugénisme ou simplement aux versions actuelles du scientisme et de la naturalisation de l’humain).

Pour l’intégralité de l’article
http://blogs.mediapart.fr/edition/contes-de-la-folie-ordinaire/article/030212/lautiste-qui-consenti-quitter-son-monde-et-